Les bons tuyaux pour financer sa rénovation énergétique

Les bons tuyaux pour financer sa rénovation énergétique

MaPrimeRénov', nouveau dispositif gouvernemental, doit aider les propriétaires à améliorer la performance de leur logement. Mais le processus reste complexe à mettre en œuvre. Suivez le guide.

24502_1452431_k2_k1_3350979.jpg

Isolation d'une maison par l'extérieur. Le secteur du logement est un gros pollueur, engloutissant 44 % des consommations d'énergie et produisant 24 % des émissions de CO2, selon l'Ademe.

Chassenet/BSIP/AFP

Pour acquéreurs et locataires, les critères de choix d'un logement sont assez simples : l'emplacement, bien sûr, mais aussi le nombre de mètres carrés, la présence d'un jardin ou d'un bal con, le raccordement à la fibre pour Internet… Désormais, ils vont devoir s'intéresser à son étiquette énergétique. L'enjeu est de taille à l'heure de la lutte contre le réchauffement climatique. Le secteur du logement est un des plus gros pollueurs, engloutissant 44 % des consommations d'énergie et produisant 24 % des émissions de CO2, selon l'Ademe. La rénovation des bâtiments est la solution pour devenir plus sobre. C'est une des priorités du plan de relance de l'Etat, avec deux axes forts.

Montants modulables

Dans le neuf, il s'agit de renforcer les normes de construction, avec la réglementation environnementale RE 2020, appliquée à partir du er janvier 2022. Et dans l'ancien, le plan fait la chasse aux passoires thermiques : ce sont les 4,8 millions de logements, dont 1,7 million de locations privées, qui sont classés F ou G au terme de leur diagnostic de performance énergétique (DPE), obligatoire en cas de mise en vente ou de location. Dès cette année, 400 000 à 500 000 logements devraient être rénovés via deux dispositifs : MaPrimeRénov' et les certificats d'économie d'énergie (C2E).

L'aide MaPrimeRenov' dépend des revenus de chacun, de la nature des travaux (isolation, chauffage, fenêtres, etc. ) et du lieu d'habitation (Ile-de-France ou non). « Son montant peut aller de 35 % du coût des travaux de rénovation énergétique, pour les ménages aisés, à 90 %, pour les ménages modestes", indique Jérôme Muffat, cofondateur de RenovationMan.com. Le dispositif concerne dans un premier temps les propriétaires occupants. "Depuis le 11 janvier, tous ces ménages, quels que soient leurs revenus, et toutes les copropriétés peuvent saisir leur dossier de demande d'aide sur www.maprime-renov.gouv.fr", détaille Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement. Les propriétaires bailleurs ne pourront s'inscrire qu'à partir de juillet, mais ils peuvent dès à présent se lancer dans des travaux. Un système qui s'active lors d'un achat, bien sûr, mais aussi à l'occasion d'une extension ou de l'aménagement de combles : "C'est le bon moment pour améliorer l'isolation et repenser globalement le chauffage pour assurer un vrai confort", conseille Adrien Martin, cofondateur de la plateforme Archidvisor.

En France, 4,8 millions de logements sont classés F ou G par le diagnostic de performance énergétique : des passoires thermiques à améliorer.

En France, 4,8 millions de logements sont classés F ou G par le diagnostic de performance énergétique : des passoires thermiques à améliorer. (SOURCES : FIDÉLI 2018, BASE DES DPE 2017 ET 2018 DE L'ADEME, MODÈLE ENERTER (ANNÉE 2015).)

A combien peut se monter cette aide ? Le site RenovationMan donne deux exemples, concernant deux couples avec trois enfants dans le Val-de-Marne. A Choisy-le-Roi, la famille veut isoler sa maison par l'extérieur : le montant du projet, avec reprise des finitions d'une précédente rénovation intérieure, s'élève à 38 000 euros, dont 25 000 euros pour l'isolation. Comme les revenus du ménage sont inférieurs à 45 000 euros, il peut prétendre à 7 400 euros d'aide pour MaPrimeRe-nov' et 7 800 euros pour les C2E.

Second projet à Fresnes : une maison de 130 m² à rénover totalement (sauf enduits et peintures). Montant des travaux : 120 000 euros, dont 18 000 euros pour l'isolation extérieure et 13 000 euros pour l'isolation par l'intérieur (et 21 fenêtres à changer). Compte tenu de ses revenus supérieurs à 45 000 euros, le foyer ne peut obtenir que 3 500 euros de MaPrimeRénov' dans le cadre du forfait rénovation globale, mais 7 000 euros de C2E.

Dossier casse-tête

Il faut faire la demande en fonction des travaux et déposer ses devis en ligne. Mais décrocher l'aide soi-même est un véritable casse-tête.

"Il est important de se faire accompagner, par un architecte par exemple, pour définir un projet global, dimensionner les travaux nécessaires et les chiffrer », estime Matthieu Burin, président d'Hemea. Pour accompagner les particuliers, le gouvernement a lancé la plate-forme Faire. gouv.fr, qui tient notamment une liste à jour des professionnels certifiés RGE (reconnu garant de l'environnement). Et il faut s'armer de patience. "Même s'il y a eu des bugs au démarrage, ces plate-formes marchent et les aides commencent déjà à être versées, alors qu'il fallait attendre 18 mois avec l'ancien système de crédit d'impôt", rappelle Edouard Barthès, président du syndicat de la rénovation énergétique Symbiote. Attention, le système ne prend pas en compte les autres aides possibles, comme la TVA à 5,5 % et l'éco-prêt à taux zéro, octroyées par les collectivités locales.

Un parcours en 7 étapes

1 DÉFINIR SON PROJET Les travaux de rénovation énergétique sont souvent envisagés lorsque l'on veut améliorer le confort de son logement, en l'agrandissant par exemple. Dans ce cas, un audit global de performance énergétique va permettre de repenser l'isolation totale et redimensionner le système de chauffage.

2 COLLECTER DES DEVIS  Pour bien choisir, il faut obtenir et comparer plusieurs devis (matériaux isolants, fenêtres, type de chauffage, etc.) pour chiffrer le montant des travaux. Ces devis doivent obligatoirement être établis par des artisans labellisés RGE (reconnu garant de l'environnement), en vérifiant qu'ils aient obtenu les certifications nécessaires.

3 DEMANDER MAPRIMERENOV' ET LES AIDES  En se faisant accompagner par des professionnels, les Adil ou le réseau Faire (tél. : 0808 800 700), les demandes d'aides MaPrimeRenov', de certificats d'économies d'énergie et d'aides locales peuvent être évaluées grâce à Simul'aides. Elles doivent être demandées en ligne, en créant un compte avec son numéro fiscal, sur maprimerenov.gouv.fr. L'accord de principe doit être donné dans les quinze jours ouvrés.

4 BOUCLER SON FINANCEMENT Plusieurs options existent pour financer des travaux. Pour les gros montants, ils peuvent être englobés dans le prêt immobilier servant à l'achat du bien s'il y a lieu. On peut aussi opter pour un crédit à la consommation, mais aussi un éco-prêt à taux zéro, de 7 000 à 30 000 euros, accordé sous conditions de ressources.

5 FAIRE RÉALISER LES TRAVAUX Pour que le chantier se déroule dans les meilleures conditions, il faut avoir établi un calendrier avec les artisans (et l'architecte le cas échéant) selon leurs interventions, en tenant compte notamment des délais nécessaires pour recevoir les équipements. Sans oublier de prévenir les voisins pour les nuisances !

6 ENVOYER SES FACTURES  Une fois le chantier terminé, il faut réunir l'ensemble des factures des artisans pour les télécharger dans son compte MaPrimeRenov', afin de percevoir les différentes aides. Il faut aussi vérifier que l'on a bien téléchargé son RIB.

7 PERCEVOIR SES AIDES Les sommes sont versées dans les quinze jours ouvrés qui suivent le téléchargement des factures. C'est aussi le moment où il faut terminer de régler les artisans, selon les acomptes versés au cours du chantier.


Source : magazine Challenges. 



Green Economie

MaPrimeRénov' ouverte à tous: comment bien déposer votre dossier?

Depuis le 11 janvier, tous les propriétaires et syndicats de copropriétaires sont éligibles à MaPrimeRénov, cette aide à la rénovation énergétique des logements. Faut-il encore s'y retrouver dans la procédure. Mode d'emploi.

Rénovation thermique

190.000 personnes ont fait une demande MaPrimeRénov' en 2020, le gouvernement espère plus du double en 2021.

LODI FRANCK/SIPA

MaPrimeRénov' 2.0 est officiellement disponible depuis le 11 janvier. Ce dispositif d'aide à la rénovation énergétique des logements est maintenant ouvert à tous les propriétaires et syndicats de copropriété, alors qu'il était jusque-là réservé aux plus modestes. Le gouvernement espère ainsi parvenir à la rénovation de 400 à 500.000 logements par an, contre 190.000 demande de MaPrimeRénov' en 2020, grâce à une enveloppe de 2 milliards d'euros sur deux ans. Tandis que la location de passoires thermiques sera interdite dès 2023, les bailleurs pourront, eux, en bénéficier à partir de juillet 2021

Comment s'y prendre? Avant toute chose, vous devez vérifier si les travaux que vous envisagez sont éligibles, et faire établir des devis conformes. Au total, une trentaine de travaux sont concernés: changement de chauffage (chaudière à granulés, panneaux solaires…), isolation (toiture, fenêtres, murs…), ou encore installation d'une ventilation mécanique, auxquels vous pourrez ajouter un bonus en cas de rénovation globale, de rénovation d'une passoire thermique (un logement de catégorie G ou F selon l'étiquette énergie), ou de rénovation permettant d'atteindre un bâtiment basse consommation, (catégorie A ou B). Si vous êtes déjà perdu, l'Agence de la Transition écologique, l'Ademe a mis en ligne un simulateur, Simul'Aides, permettant de vérifier la solidité de votre projet.

L'Agence nationale de l'habitat (Anah) vous encourage aussi vivement à faire appel au réseau gratuit Faire (0 808 800 700), un service public de conseil et d’information sur la rénovation énergétique. Présent sur la majorité du territoire, il vous permettra de trouver un artisan fiable près de chez vous, d'établir la solution la plus adaptée, d’estimer le budget et les aides disponibles.

Lire aussiMaPrimeRénov': à quoi ça sert, qui peut en bénéficier, comment éviter les arnaques?

Procédure numérisée

Vous avez votre plan d'attaque? Il vous faut maintenant créer un compte sur maprimerenov.gouv.fr, déposer votre demande et attendre que Anah l'approuve, sous 15 jours ouvrés si tout va bien. Vous pourrez ensuite faire réaliser vos travaux par un artisan qualifié, qui doit être RGE (Reconnu Garant de l'Environnement), sans oublier de récupérer une facture. Une fois seulement que le chantier sera terminé, vous pourrez retourner sur la plateforme pour demander le versement de la prime, et finalement payer l'entreprise quand vous l'aurez reçue, sous 15 jours ouvrés à nouveau.

Côté documents, pensez bien à tout numériser, une pièce par fichier, en PDF. Pour ouvrir votre compte vous aurez besoin d'une adresse mail, de votre dernier avis d'imposition sur le revenu, et des civilités et date de naisse de tous les membres de votre foyer. Puis pour compléter votre demande, vous devrez fournir les devis des travaux et le montant des autres aides ou subventions dont vous pourriez bénéficier. Enfin, si vous faites partie d'une copropriété, il vous faudra l'attestation initiale de quotes-part, le procès-verbal de l'Assemblée générale, et le nombres de logements. Si le numérique vous pose quelques difficultés l’Anah conseille de se rapprocher des services de votre mairie, ou des maisons France service.

Si c’est plutôt l’administratif qui vous donne des sueurs froides, il est également possible de donner mandat à un tiers ou à une entreprise, pour réaliser toutes vos démarches. Depuis le 1er janvier une partie de cet accompagnement peut même être financé par MaPrimeRénov', à condition que l'entreprise embauchée ne soit pas celle qui réalisera vos travaux. Attention, si vous faites ce choix, "nous conseillons aux bénéficiaires de créer quand même leur propre compte sur la plateforme, indique l’Anah, pour que nous puissions échanger directement avec eux sur leur dossier et parce qu’ils fournissent leurs informations fiscales qui doivent rester confidentielles."

Lire aussiMaPrimeRénov: le compte y est-il pour la rénovation énergétique des logements?

Montants forfaitaires

Si tous les propriétaires occupants sont donc aujourd'hui éligibles à MaPrimeRénov', son montant reste fonction de trois critères: les revenus, la composition du ménage, et le gain écologique réalisé. Quatre catégories de revenus sont ainsi définies: bleue, jaune, violette ou rose pour les plus aisés, différentes que vous habitiez ou non en Ile-de-France. Prenons l'exemple d'un célibataire sans enfant, ayant des revenus annuels supérieurs à 30.000 euros et propriétaire d'une maison individuelle en Haute-Loire. En cumulant MaPrimeRénov' et les certificats d'économie d'énergie, il pourra recevoir une aide de 10.000 euros pour une rénovation globale: isolation des combles et des murs et remplacement d’une chaudière à gaz par une pompe à chaleur, sur 39.700 euros de travaux. De quoi lui faire économiser 1.700 euros de facture énergétique par an, tout en évitant chaque année d'émettre l'équivalent carbone de 28.000 km en voiture.

Lire aussiRénovation énergétique: comment la France pourrait économiser 113 milliards d’euros d’ici 2030

Quant aux copropriétés, MaPrimeRénov' simplifie le mécanisme pour les parties communes. Une seule aide est versée au syndicat, indépendamment de la situation individuelle des occupants. Une copropriété de 100 logements à Nanterre, souhaitant réaliser une isolation thermique par l’extérieur et installer une ventilation, passant de F à D, pourra par exemple toucher 645.000 euros sur 1,18 million d'euros de travaux, tout en permettant à chaque logement d'économiser environ 600 euros par an sur sa facture énergétique.

 

Source : magazine Challenges.

 


MaPrimeRénov': à quoi ça sert, qui peut en bénéficier, comment éviter les arnaques?

Mesure phare du plan de relance, la nouvelle mouture de MaPrimeRénov' a été portée à 2 milliards d’euros sur deux ans. Les barèmes et travaux éligibles à cette aide à la rénovation énergétique des logements ont été publiés ce matin. Mode d’emploi.

Isolation

Avec MaPrimeRénov, le gouvernement espère générer plus de 6 milliards d’euros de travaux et créer 22.000 emplois d’ici à 2022.

LODI FRANCK/SIPA

Toujours 4,8 millions de passoires thermiques en France. Pour prendre ce problème à bras le corps, le gouvernement a mis à plat le système d’aides aux particuliers pour la rénovation énergétique de leurs logements. Exit le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), remplacé par MaPrimeRénov’ en janvier 2020. D’abord réservé aux ménages les plus modestes, le plan de relance ouvre à tous ce nouveau dispositif et le dote de 2 milliards d’euros sur deux ans. Le gouvernement espère ainsi générer plus de 6 milliards d’euros de travaux et créer 22.000 emplois d’ici 2022. Comment en bénéficier? Tour d'horizon des nouveaux barèmes et critères.

En quoi consiste MaPrimeRénov'?

MaPrimeRénov est une aide aux particuliers pour le financement de la rénovation énergétique des logements. Une petite trentaine de travaux y sont éligibles: changement du type de chauffage (panneaux solaires, chaudière à granulés…), isolation (fenêtres, murs, toiture…), ventilation mécanique, plus des bonus en cas de rénovation globale, de rénovation d’une passoire thermique (étiquette énergie G ou F), ou de rénovation permettent d'atteindre un bâtiment basse consommation, avec étiquette énergie A ou B.

Lire aussiPlan de relance: le compte y est-il pour la rénovation énergétique des logements?

Qui peut en bénéficier?

A partir d’aujourd’hui, tous les particuliers sont éligibles à MaPrimeRénov, c’est là la principale innovation amenée par le plan de relance. Jusqu’à présent réservée aux propriétaires modestes, occupant leur logement, même les plus aisés y sont maintenant éligibles, à condition de réaliser des travaux ambitieux avec une rénovation globale de leur logement.

MaPrimeRénov s’ouvre également à l’ensemble des copropriétaires, pour les parties communes. Le financement des travaux sera ainsi simplifié, avec une seule aide, versée au syndicat de copropriétaires, indépendamment des situations individuelles des occupants ou bailleurs des logements. Pour en bénéficier, une copropriété doit réaliser une rénovation globale permettant un gain énergétique de 35% minimum, être composée au moins de 75% d’habitations principales, et être immatriculée au registre national des copropriété.

Enfin, les propriétaires bailleurs sont maintenant eux aussi éligibles à MaPrimeRénov, dans les mêmes conditions que les propriétaires occupants, pour les travaux sur les parties privatives des logements. Un élargissement nécessaire quand on sait que le parc locatif privé représente 8 millions de logements en France, dont 1,5 million de passoires énergétiques.  

Alors que la 100.000e demande de prime a été déposée en octobre 2020, le gouvernement, très ambitieux, espère que cette MaPrimeRénov 2.0 concernera entre 400.000 et 500.000 ménages en 2021.

Quels montants pouvez-vous espérer?

Mais si MaPrimeRénov s’ouvre à tous, le montant de l’aide reste forfaitaire, en fonction des revenus des bénéficiaires, de la composition du ménage et des gains écologiques permis par les travaux. Dans le détail, le dispositif prévoit quatre catégories de revenus, bleue, jaune, violette et rose pour les plus aisés, différentes selon que les ménages habitent en Ile-de-France ou pas. Un couple francilien avec deux enfants et un revenu fiscal de référence jusqu’à 30.225 euros entre dans la catégorie bleue, dans la catégorie jaune jusqu’à 36.792 euros, dans la catégorie violette jusqu’à 56.130 euros et dans la catégorie rose au-delà. Hors Ile-de-France, le même couple entre dans la catégorie la plus modeste jusqu’à 21.760 euros, et dans la catégorie la plus aisée à partir de 42.848 euros de revenu fiscal de référence.

MaPrimeRénov' est aussi cumulable avec d’autres aides financières, comme les certificats d’économies d’énergie (CEE). Chaque année, les plus gros pollueurs (dans les transports, la grande distribution…), distribuent des quotas de CEE aux particuliers pour financer leurs chantiers. MaPrimeRénov' associée aux CEE devrait ainsi permettre de financer 90% des travaux des ménages les plus modestes, estime le gouvernement. "A l’arrivée, il y a beaucoup de cas dans lesquels les Français vont être aidés à plus de 30% du coût des travaux!" se félicite Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée au Logement dans une interview publiée ce lundi dans Le Parisien.

Par exemple, un couple modeste, de la catégorie bleue, avec deux enfants, propriétaire occupant d’une maison individuelle de 100 m2 dans la Creuse considérée comme une passoire thermique (étiquette énergie F), pourra financer le remplacement d’une chaudière au fioul par une chaudière à granulés à hauteur de 15.900 euros (MPR+CEE), sur un total de 18.000 euros de travaux. 

Autre cas concret. Un couple aisé, de la catégorie rose, avec deux enfants, propriétaire bailleur d’une maison de 100 m2 en Ardèche pourra obtenir une aide de 7.900 euros pour la rénovation globale du logement (remplacement de chaudière, isolation des combles, planchers et murs extérieurs, installation d’un système de ventilation), sur un total de 34.200 euros de travaux. A noter que les aides à sont plafonnées à 20.000 euros sur cinq ans.

Concernant les copropriétés, elles sont éligibles à MaPrimeRénov à hauteur de 25% du montant des travaux, dans la limite de 15.000 euros par logement, sans compter les aides à l’accompagnement, les bonus de sortie des passoires thermiques (500 euros par logement) et d’entrée en bâtiment basse consommation (500 euros par logement), et le cumul possible avec les CEE (2.000 euros en moyenne par logement).

Comment faire la demande?

Les devis signés à partir du 1er octobre pourront déjà ouvrir à cette nouvelle version de MaPrimeRénov, mais la demande ne pourra être déposée qu’à partir du 1er janvier 2021. Attention donc à bien à vérifier l’éligibilité de vos travaux. L’Ademe a pour cela mis en ligne un outil de simulation, Simul’Aides pour vous aider à y voir plus clair. Vous pouvez aussi vous faire accompagner par le réseau neutre et gratuit Faire (0 808 800 700), un service public de conseil et d’information sur la rénovation énergétique. Présent sur la majorité du territoire, il permet de trouver un professionnel fiable près de chez vous, de chercher la solution la plus adaptée, d’estimer le budget nécessaire et les aides possibles.

Une fois que vous avez pu recueillir tous les renseignements nécessaires, il faut créer un compte sur le site de MaPrimeRénov. Il est aussi possible de donner mandat à un prestataire pour réaliser les démarches à votre place. Sinon, vous remplissez et déposez une demande de subvention. Vous pouvez ici faire une demande d’avance des montants de l’aide. Vous faites réaliser les travaux par un artisan qualifié, puis, si vous n’avez pas obtenu d’avance, vous demandez le versement de MaPrimeRénov et de la prime Certificats d’économie d’énergie (CEE) une fois que tout est terminé.

Arnaques: quelques conseils pour les éviter

Alors que les cas d’arnaques sont relativement courantes dans le domaine de la rénovation énergétique, avec les très alléchantes mais frauduleuses offres à 1 euro, quels réflexes adopter pour éviter les traquenards ?
Il faut déjà savoir qu’une chaudière ou une isolation des murs à 1 euro, ça n’existe pas. Seules quelques offres sérieuses peuvent exister pour l’isolation des combles, mais attention au démarchage téléphonique. Celui-ci est interdit, sauf si vous avez déjà un contrat avec l’entreprise qui vous contacte. Méfiez-vous aussi des entreprises qui font du porte-à-porte, surtout si la personne qui se présente dit être envoyée par l’Etat, c’est un mensonge! Ne communiquez jamais vos coordonnées bancaires et ne signez rien le jour même de la visite d’un artisan. Comparez toujours plusieurs devis. Ne signez jamais de déclaration de fin de travaux avant que le chantier soit totalement terminé. Et en cas de litige, pensez à vous tourner vers des associations de consommateurs qui peuvent vous aider. Enfin, si vous repérez une entreprise frauduleuse, signalez-la aux conseillers du réseau Faire, ou via le formulaire en ligne dédié.

Source : magazine Challenges.

 

MaPrimeRénov: le compte y est-il pour la rénovation énergétique des logements?

Dotée de 2 milliards d'euros sur deux ans, la nouvelle mouture de MaPrimeRénov' est désormais accessible à tous. Pas sûr toutefois que ces milliards suffisent à en finir avec les passoires thermiques.

Rénovation énergétique

La France compte 4,8 millions de passoires thermiques, sur 29 millions de résidences principales.

SIERAKOWSKI/ISOPIX/SIPA

Coup d'envoi pour la nouvelle mouture de MaPrimeRénov'. Comme prévu par le plan de relance, cette aide à la rénovation thermique des logements est désormais ouverte à tous les propriétaires occupants et syndicats de copropriétaires, via une plateforme dédiée ouverte ce lundi 11 janvier. Et le message du gouvernement veut être clair: la rénovation énergétique des bâtiments doit être une priorité de la transition écologique.

En effet, les bâtiments sont à eux seuls responsables de 25% des émissions françaises de gaz à effet de serre. Et la France compte encore 4,8 millions de passoires thermiques, ces logements aux performances énergétiques déplorables, soit 17% des 29 millions de résidences principales que compte le pays, selon une étude du ministère de la Transition écologique publiée début septembre.

Lire aussiMaPrimeRénov': à quoi ça sert, qui peut en bénéficier, comment éviter les arnaques?

Toujours évoquée, jamais réalisée, la rénovation massive des bâtiments est presque devenue un serpent de mer. En 2019, 155.765 logements seulement ont été rénovés grâce aux aides de l’Anah, l’Agence nationale de l’habitat; très loin de l’objectif affiché de 500.000 logements rénovés par an. Et encore, vu le retard accumulé, si la France veut respecter l’Accord de Paris et arriver à la neutralité carbone en 2050, avec un parc entièrement vertueux,  "il faudrait presque multiplier par 3 le rythme actuel des rénovations énergétiques", estime Pierre-Emmanuel Thiard, directeur général adjoint Saint-Gobain France, Développement et Solutions

Les acteurs du secteurs se félicitent des efforts du plan de relance pour les bâtiments, mais sur le strict plan budgétaire, le compte n’y est pas: jusqu’ici réservé aux ménages modestes le dispositif de MaPrimeRénov' va être doté de 2 milliards sur deux ans, contre 575 millions annuels actuellement. Un budget multiplié par deux donc, pas par trois, qui est maintenant ouvert à tous: particuliers, copropriétés et bailleurs

 Source : magazine Challenges.



Rénovation thermique des logements: "jusqu'à 90%" des travaux pris en charge

L'aide à la rénovation thermique des logements prévue pour 2021, pourrait aller jusqu'à 90% du devis de devis selon la ministre du Logement Emmanuelle Wargon.

 Illustration renovation

Les travaux éligibles vont "du remplacement d'une vieille chaudière" aux "rénovations globales".

L. Franck/Sipa

L'aide à la rénovation thermique des logements MaPrimeRénov, prévue l'an prochain par le gouvernement dans le plan de relance, pourra financer jusqu'à "90% du devis" des ménages modestes, a annoncé dimanche la ministre du Logement Emmanuelle Wargon. "Pour les foyers les plus modestes, l'aide peut aller jusqu'à 90% du devis, puis elle descend à 75%, 60% et à 40% pour les ménages les plus aisés", a précisé la ministre dans une interview au Journal du Dimanche.

Mme Wargon a détaillé le fonctionnement de cette aide, estimée à deux milliards d'euros, qui pourra être demandée à partir du 1er janvier 2021 et qui concernera les devis signés après le 1er octobre 2020. "La prime sera calculée en fonction des revenus, de la localisation du logement et du type de travaux", a-t-elle expliqué, indiquant qu'un simulateur pour connaître son montant sera présenté le 5 octobre. Elle sera versée "dès la phase des travaux". Un bonus jusqu'à 1.500 euros bénéficiera aux travaux qui permettent aux maisons individuelles de sortir du statut de "passoire thermique".

Lire aussiLogement: la France compte 4,8 millions de "passoires thermiques", selon un rapport

22.000 emplois sur deux ans

Les travaux éligibles vont "du remplacement d'une vieille chaudière" aux "rénovations globales". En Île-de-France, passer à une chaudière à granulés pourra être soutenu à hauteur de 10.000 euros, a assuré la ministre. Les bailleurs et les copropriétés sont également éligibles à cette aide, qui selon Mme Wargon, créera "22.000 emplois sur deux ans".

Le dispositif de certificats d'économie d'énergie (CEE), qui oblige les fournisseurs d'énergie à financer des actions d'économies d'énergie sous peine de pénalités, est maintenu mais les contrôles seront renforcés pour "éviter les dérives", selon la ministre.

(Avec AFP)

Source : magazine Challenges.

 

 

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Prix de l'immobilier dans les principales villes de France en 2020

LE DPE : De l’information au serrage de vis à compter du 1er Juillet 2021

Logement: quelle surface peut louer un couple au Smic aujourd'hui ?