Covid-19 : l'argent épargné pendant la crise sanitaire servira à investir dans l'immobilier

 

Covid-19 : l'argent épargné pendant la crise sanitaire servira à investir dans l'immobilier 

Boursorama avec Newsgene16/04/2021 à 15:32

 

Sans surprise, ce sont les ménages français les plus aisés qui ont pu épargner le plus depuis le début de la pandémie. (illustration) (Pixabay / nattanan23)

Depuis le début de la crise du Covid-19, les Français ont pu épargner plus que d'habitude, notamment les ménages les plus aisés. Une grande part de ces derniers souhaitent désormais consacrer cet argent à un projet immobilier, selon une récente enquête de l'Ifop. Les projets à court terme ou plus modestes passent au second plan.

Les restrictions sanitaires liées à la crise du coronavirus ont permis aux Français d'épargner. En 2020 et 2021, 165 milliards d'euros ont ainsi été mis de côté, selon les dernières estimations de la Banque de France publiées mardi 13 avril. Autant d'argent qui pourrait servir à des projets immobiliers dans le futur, rapporte La Vie Immo.

Plus d'épargne chez les riches

En effet, selon une récente enquête de l'Ifop pour le courtier en crédits Cafpi, cet argent épargné ne servira pas à faire repartir la consommation et la croissance mais à investir dans la pierre. Parmi les Français de 25 à 65 ans détenant au moins un produit d'épargne, 25 % affirment avoir davantage épargné depuis un an qu'au cours des années précédentes.

Les cadres sont plus d'un tiers dans ce cas (36 %). Ce sont les ménages les plus aisés qui ont pu épargner le plus. « Près de 70 % du surcroît de l'épargne ont (...) été faits par 20 % des ménages », détaillait déjà le Conseil d'analyse économique (CAE) dans une note parue en octobre dernier.

Les projets immobiliers avant le reste

Parmi ces Français ayant pu épargner, 28 % comptent consacrer cet argent à un projet immobilier. 23 % préfèrent un projet à court terme comme un voyage ou l'achat d'une voiture, et 22 % estiment que cette épargne pourra permettre de faire face aux imprévus du quotidien, précise La Vie Immo.

La plus petite part (14 %) va consacrer cet argent à un autre projet à long terme (retraite, études, assurance vie). Les personnes sondées par l'Ifop étaient invitées à répondre à une autre question sur les dépenses associées à ce surplus d'épargne. Là, les projets à court terme ont dominé (53 %) devant les imprévus du quotidien (51 %) et enfin les projets immobiliers (42 %).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Prix de l'immobilier dans les principales villes de France en 2020

LE DPE : De l’information au serrage de vis à compter du 1er Juillet 2021